Faire l’inventaire, le meilleur moyen de gérer son stock de laine ?

Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Depuis le début de l’année 2020, j’ai la chance d’avoir une pièce dédiée à mon univers créatif : mon atelier. J’y ai spécialement aménagé des étagères pour ranger et exposer toute ma collection de pelotes. Il y a quelques semaines, j’ai fait un peu de rangement et surtout, j’ai refait mon inventaire de pelotes.

Compte tenu de la taille de ma collection et de mon activité de tricoteuse, faire l’inventaire n’est vraiment pas du luxe. C’est une tâche un peu ingrate qui prend un certain temps – surtout au début ! Mais à l’usage, je le conseille vraiment à toutes les tricoteuses qui achètent de façon un peu compulsive, donc à toutes !

Pourquoi j’ai commencé à faire l’inventaire ? À quoi ça sert ? Comment le réaliser ? Je te propose de voir ça tout de suite !

collection de pelotes

Mes débuts de tricoteuses

Quand j’ai commencé le tricot en 2010, j’ai appris en autodidacte. Je me suis alors beaucoup servi des formidables ressources disponibles sur Internet. Je n’avais malheureusement personne dans mon entourage pour m’aider ou m’aiguiller. J’avançais tant bien que mal à tâtons. Toute enthousiaste que j’étais, je suis allée dans la seule boutique que je connaissais : Phildar. Malheureusement l’expérience a été désastreuse. Je voulais commencer par un ouvrage qui me semblait simple : une écharpe. Tout ce que je savais c’était que je voulais une belle grosse écharpe faite en grosses mailles. Je ne savais pas lire les étiquettes de pelotes, j’y suis allée très peu confiante, mais je pensais qu’une conseillère allait m’aider. J’ai vite déchanté.

J’avais trouvé la qualité qui me faisait rêver mais je ne savais pas quelles aiguilles prendre, ni quelle quantité de pelotes me serait nécessaire. J’ai demandé de l’aide à une vendeuse en lui expliquant que je débutais et en lui exposant mon projet. Elle m’a snobé en me répondant qu’elle ne savait pas et qu’elle ne pouvait pas m’aider. J’étais décidée alors j’ai quand même pris une paire d’aiguilles au pif (trop petite de 3 tailles) et trop de pelotes…

Je tricotais sans patrons

J’ai ensuite continué un certain temps à tricoter sans patron au fil de mes inspirations. Les livres de patrons me faisaient peur parce que je ne comprenais pas bien cette grammaire si particulière. Je tricotais essentiellement des bonnets, écharpes et snoods. Je trouvais des points qui me plaisaient et je me lançais alors un peu tête baissée. Quand je faisais mes achats, c’était encore un peu au hasard. Au final, j’achetais toujours plus que nécessaire.

Les achats compulsifs

Petit à petit, le tricot est passé de passe-temps au rang de passion. Je tricotais de plus en plus et je me laissais souvent tentée par des achats compulsifs. Quand je trouvais une qualité qui me plaisait, dans un coloris que j’aimais, à un prix intéressant, je ne pouvais m’empêcher de passer à la caisse ! Même sans projet en tête. Malheureusement, j’achetais bien plus de pelotes que je n’avais de main et de temps pour les tricoter ! Je me suis retrouvée assez vite avec une belle collection !

Inventaire en cours

Les problèmes quand on a un stock de pelotes un peu (trop) fourni

Bon avouons-le, la plupart d’entre nous dira qu’on n’ a jamais assez de pelotes. Mais force est de constater que ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver. Voici quelques uns des problèmes que j’ai pu rencontrer à mes débuts et je suis sûre que tu as connu au moins une de ces situations.

Connaître le contenu de sa collection

À force d’acheter plus vite que je ne tricote, j’avais tendance à perdre un peu le fil et j’avais du mal à me rendre compte de ce que j’avais déjà ou pas. En période de soldes ou de promotion, il m’arrivait d’acheter des pelotes sans trop savoir ce que j’avais déjà ou non. Je me suis alors retrouvée à plusieurs reprises avec des doublons. Et puis à force de ne pas avoir conscience de mon stock, j’avais vraiment du mal à me raisonner et à acheter de façon responsable.

Le rangement

L’autre problème quand on a beaucoup de stock, c’est de pouvoir ranger convenablement ses nouvelles acquisitions. Je n’avais pas d’espace créatif dédié, alors je rangeais là où je pouvais et non pas toujours là où je voulais. La plupart du temps, je rangeais mes pelotes là où c’était peu accessible, de façon éparpillée et parfois elles étaient un peu cachées. Un peu sous le lit, parfois dans des cartons ici et là… Je ne savais plus trop où mes petites merveilles étaient cachées. Un vrai casse tête…

Jongler avec les bains

Au début, je n’y faisais pas vraiment attention parce que je tricotais de petites pièces : des accessoires ou de la layette. Puis je me suis mise à tricoter des vêtements. La question des bains a été une véritable problématique. Ça m’a posé quelques problèmes quand je rachetais certains coloris pour compléter un lot sans faire attention à la référence du bain. Pour rappel, il est fortement conseillé de réaliser un ouvrage avec un seul et même bain pour éviter les démarcations.

Pour plus d’information sur les bains, je te renvoie sur l’article dédié à la lecture des étiquettes.

 

Inventaire Mars 2020

La solution à mes problèmes : l’inventaire

Bref, la vie d’une tricopathe doublée d’une collectionneuse de pelotes, n’était pas simple tous les jours. Je ne pouvais pas me résigner à rester dans cette situation alors j’ai finalement trouvé le moyen de résoudre tous mes problèmes (ou presque).

Un tableur pour faire l’inventaire

La déformation professionnelle a parfois du bon. Je suis Chef de projet de profession et être organisée fait partie de mes compétences. Pour gérer mon stock, j’ai décidé de réaliser un inventaire de ma collection et de répertorier le tout dans un tableur avec toutes les informations utiles. Il a un peu évolué avec le temps, avec l’usage et mes besoins. J’ai supprimé certaines colonnes et j’en ai rajouté d’autres. Aujourd’hui, il est parfaitement adapté à mon usage et je pense qu’il peut être utile pour toi aussi ! J’ai déjà quelques amies qui m’ont demandé de le partager.

Google Sheet disponible en permanence

Mon tableur, je l’ai réalisé avec Sheet : Excel de Google. L’avantage est que je l’édite en ligne et le fichier est disponible partout où j’ai une connexion Internet. Au besoin, il peut même se consulter et s’éditer hors ligne et il se synchronise dès que je suis de nouveau connectée.

Je peux donc consulter mon stock depuis mon mobile. C’est très utile quand je suis en magasin ou sur un salon et que j’hésite devant un nouveau lot de pelotes. Je consulte mon stock depuis l’application Sheet sur mon mobile, et tout de suite je peux savoir si j’ai déjà une équivalence et si c’est trop proche, j’arrive à me raisonner (ou pas !).

Il n’y a pas si longtemps, une copine cherchait un fil pour réaliser un projet alors qu’il n’était plus en vente. Elle m’a demandé si je pouvais la dépanner. Sans même avoir à rentrer chez moi, j’ai pu lui répondre juste en consultant mon fichier en ligne.

Mon inventaire en un seul coup d’œil

Depuis mes débuts en tricot il y a plus de 10 ans, j’ai évolué. Aujourd’hui je tricote beaucoup de patrons de designers. Grâce à mon système de gestion de stock, j’arrive à limiter mes achats de pelotes en puisant d’abord dans ma collection pour réaliser un nouveau projet. Grâce à mon inventaire et aux informations et formules intégrées;  je sais tout de suite si j’ai un équivalent en stock ou non.

Faire le tri régulièrement

Depuis que j’ai aménagé mon atelier, j’ai beaucoup moins de soucis pour localiser mes pelotes mais avoir un inventaire m’est toujours indispensable. Je le maintiens à jour autant que possible. Refaire un inventaire global de temps à autre ne fait pas de mal. Ça permet notamment de faire un peu le tri et de dire au revoir à certains lots qui ne font plus briller les yeux. D’ailleurs, pour trouver un nouveau foyer à ces pelotes, je te propose de déposer tes annonces sur la plateforme que j’ai lancé avec mon amie Charlotte en Mai 2020 : Maille Space.

Fais toi aussi ton inventaire

Si toi aussi tu connais l’une des situations inconfortables que j’ai vécu, il est peut-être temps que tu fasses toi aussi l’inventaire dans ta collection de pelote. Pour t’aider, j’ai préparé un modèle prêt à l’emploi à télécharger ainsi que toutes les explications pour faire un inventaire utile. 

Les avantages de la gestion de stock

Grâce à ça, tu pourras toi aussi :

  • Avoir une visibilité sur les quantités de pelotes dont tu disposes
  • Éviter les achats en doublons
  • Limiter les achats compulsifs
  • Localiser facilement tes pelotes
  • Voir en un coup d’oeil si tu as un équivalent pour réaliser un projet en particulier

 

Inscris-toi à la Newsletter

  • Saisis ton adresse e-mail ainsi que ton prénom dans le formulaire ci-après
  • Une fois le formulaire validé, tu recevras un e-mail de confirmation. Cliques sur le lien inclut pou confirmer ton inscription
  • Dès que ton inscription sera validé, tu recevras par e-mail le lien pour accéder gratuitement au modèle ainsi que le mode opératoire pour réaliser ton inventaire ainsi que les astuces pour bien l’utiliser

Formulaire d’inscription

Nota Bene

Si tu es déjà inscrite à la Newsletter du blog, tu n’as rien à faire. Tu as reçu en avant-première le lien et toutes les explications pour réaliser ton inventaire.

Atelier Hello Kim

Kim, tricoteuse passionnée

Kim, tricoteuse passionnée

Merci d'avoir pris le temps de me lire.
Pour être notifié des nouvelles publications, recevoir les bons plans et ne rater aucune actualité, abonne-toi à la newsletter !

Inscription à la Newsletter

Commentaires

1 réflexion sur “Faire l’inventaire, le meilleur moyen de gérer son stock de laine ?”

  1. J’avais le même problème avec les vernis. Du coup, j’avais fait un tableau xls. Mais ca m’est passé, j’en n’achète plus. Maintenant c’est les rouges à lèvres. Bref…
    Je notes les pelotes que j’achète dans Ravelry ainsi que tout ce que je tricote. Et comme ça, je sais où j’en suis. Bon, je n’ai pas beaucoup de laine. Mais ca m’aide. C’est très pratique aussi pour les reste de pelote. Ravelry calcule ça aussi. J’y note aussi mes aiguilles, sinon je ne sais vraiment plus ce que j’ai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces articles peuvent t'intéresser