Oia, ou la ville au décor de carte postale

WhatsApp
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

C’est de la ville d’Oia que nous tirons cette image collective que nous avons tous en tête des corniches grecques avec les maisons aux façades blanches et les toits bleus.

Petits conseils pour visiter Oia

Arriver tôt dans la matinée

Pour visiter la ville, je ne saurais que vous conseiller d’y aller tôt, avant que le soleil ne vous étouffe et avant que les vagues de touristes ne vous noient. Les ruelles sont étroites et malgré tout, il est très difficile de trouver un coin d’ombre.

Eglise Panagia, Oia

Arrivés à 9h sur place, on a pu en profiter jusqu’à 11h après il était très difficile de circuler dans les rues principales. A 12h le soleil devenait insupportable. Sur cette photo ci-dessus de l’église Panagia, la place est quasi vide, mais une demi-heure plus tard, je peux vous assurer que c’était un autre paysage parce que la station de bus est juste à 2 pas.

Mon avis sur Oia

La caldera est ici plus jolie qu’à Fira mais au final il y a beaucoup de boutiques de luxe et la plupart des maisons ont été remplacées par des hôtels de luxe. Sur les photos, Oia est très jolie mais je ne suis pas certaine que j’aurai apprécié de séjourner là-bas.

Les ruelles deviennent vite impraticables. Si vous avez décidé de vous prélasser tranquillement au bord de la piscine, dites-vous qu’il y a des chances d’une bonne dizaine de touristes vous prenne en photo.

Autres articles au sujet de Santorin

Kim, tricoteuse passionnée

Kim, tricoteuse passionnée

Merci d'avoir pris le temps de me lire.
Pour être notifié des nouvelles publications, recevoir les bons plans et ne rater aucune actualité, abonne-toi à la newsletter !

Inscription à la Newsletter

Commentaires

3 réflexions sur “Oia, ou la ville au décor de carte postale”

  1. Le surtourisme est un vrai problème sur Santorin et le risque de mettre à dos les habitants et les touristes : trop de monde, trop de bruit, trop cher… mais aussi un lourd impact sur la vie locale et sur les ressources naturelles de l’île. Plusieurs actions fortes ont déjà été initiées pour limiter ce phénomène : la plus emblématique est la limitation des bateaux de croisières. Jusqu’à l’année dernière, il pouvait y en avoir parfois 4 par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces articles peuvent t'intéresser